L'AUSTRALIE
TAILLÉE SUR MESURE
newsletter
Art street Melbourne Surf Australie Cabines de plages Port Philip Les 12 Apôtres Koalas

Accueil > Culture > Explorateurs des Kimberleys

Retour

Les explorateurs des Kimberleys

Par Christophe Napierai


George Grey, explorateur et politicien


En 1838, George, un jeune lieutenant de l’armée britannique, dirige la première exploration terrestre des Kimberley. Le plan initial de l’expédition était de voyager par voie terrestre des Kimberley à la colonie de Swan River, soit plus de 3000 km. Il débarque à Hanover Bay à la fin de 1837, au début de la saison des pluies. Le pays était extrêmement rude et presque impossible à traverser pour des chevaux. Arrivé en décembre au début de la saison des pluies, le temps était plutôt mauvais et très humide. Grey a été blessé par une lance lors d’une rencontre avec un groupe d’aborigènes. En fin de compte, le groupe de Grey n’a pénétré qu’à environ 50 km au sud de la baie de Hanover Bay avant d’avorter l’expédition et de retourner sur Perth.
Il a été tout de même le premier Européen à consigner les peintures de Wandjina dans la région des Kimberley.



Si vous voulez en savoir plus : Journals of Two Expeditions of discovery by George Grey


Alexander Forrest, explorateur, investisseur et politicien


En 1879, avec une équipe de sept hommes, Forrest a fait une exploration de six mois de la région des Kimberley. Il a nommé les rivières Margaret et Ord, les King Leopold ranges, et a découvert une vaste étendue de terres de pâturage bien irriguées sur les rivières Fitzroy et Ord. Avec des perspectives prometteuses pour l’or et l’agriculture, et des Autochtones qui n’ont montré aucune hostilité, les Kimberley sont devenu un aimant pour les travailleurs et les investisseurs.
En 1887, Forrest est élu au Conseil législatif comme premier député des Kimberley. Lorsque l’Australie-Occidentale est devenue un gouvernement autonome en 1890, il a représenté les West Kimberley à l’Assemblée législative et a facilement conservé son siège jusqu’à sa mort. Il n’a jamais occupé de poste au Cabinet, mais a été maire de Perth pendant six ans (1892-95 ; 1897-1900).



Pour en savoir : National Library of Australia


Frank Hann, fermier, aventurier et explorateur


Frank Hann fut un explorateur insatiable de l’Australie occidentale et en a fait plus que tout autre.
La famille Hann a quitté l’Angleterre en 1845 et, au cours de ses premières années en Australie, Hann père a été un pionnier de la production ovine à Westernport dans le Victoria.
À l’âge de 20 ans, Frank Hann dirigeait la station de Lolworth, puis la station de Lawn Hill, où il resta jusqu’en 1895, il avait alors 50 ans. Date à laquelle ses problèmes ont commencé. Non seulement il avait reçu une balle dans la poitrine sans être blessé, mais il était à découvert et son bétail était malade. La banque a saisi son bétail et l’a abattu.

Hann est parti vers l’ouest pour chercher de l’or et des terres de pâturage, mais la chance était toujours contre lui, il s’est cassé une jambe suite à une chute de cheval. Un médecin local a posé une attelle sur les lieux de l’accident, puis est parti, laissant Frank en convalescence pour 5 mois le temps que l’os se ressoude ! Finalement, il a pu partir plus à l’ouest, en voyageant avec six Aborigènes de Lawn Hill.
Les choses allaient de mal en pis, avec toutes sortes de mésaventures telles la noyade de ses chevaux, d’un coup violent sur la tête qui l’a fait saigner des oreilles pendant plusieurs jours… Son force mentale s’amenuisait jour après jour… Pas d’or, ou de pâturage convenable, pas d’argent, le découragement était proche jusqu’au point d’envisager de retourner dans le Queensland.
Vers la mi-mai 1898, en pensant au Queensland, Hann quitta Derby en direction de Halls Creek, mais fit un détour par quelques sites d’extraction au mont Broome où de l’or avait été trouvé. Tenté par ce qui pourrait exister au-delà du mont Broome, il poursuivit sa route et trouva un pays bien arrosé au nord. Son attitude prit une tout autre tournure, et son journal est devenu tout à fait lyrique en décrivant de splendide pays d’élevage, de rivière rempli de poissons », la chance avait tourné. Le 8 juin 1898, il marqua un baobab sur la rivière Isdell avec les lettres « FH », puis commença le voyage de retour à Derby pour signaler le nouveau pays. À son retour, il a demandé 793 000 acres (location de 197 livres sterling), mais son chèque n’a pas été honoré…
En juillet, Hann a entrepris un exploration plus approfondi de la région durant un voyage de sept semaines qui l’a mené au cours supérieur de la rivière Fitzroy et a tracé le cours de la rivière Charnley. Il marqua un autre arbre au mont Brennan, et son journal, désormais très lyrique, relate ses observations de la rivière Fitzroy et de ses gorges : "Je n’avais jamais vu une telle gorge auparavant" et, à la rivière Phillips (rebaptisée plus tard rivière Hann), "Je n’avais jamais vu une telle rivière auparavant".

Les voyages d’exploration de Hann sont simplement l’histoire d’une recherche incessante, ponctuée de nombreux désastres, et au cours desquels il a laissé sa marque indélébile dans le Nord-Ouest australien. Non seulement par les baobab qui portent son nom, mais aussi par les nombreux endroits auxquels il a donné un nom : Mt House, Mt Barnett, Mt Elizabeth ; les rivières Adcock, Barnett, Charnley et Isdell ; Manning Creek, Caroline Range etc.
Bien qu’il semble que l’or lui ait échappé, il fut l’un des grands explorateurs de la région et y a laissé une trace indélébile.

En 1921, à l’âge de 76 ans, Frank Hann mourut après une vie d’errance. Il est enterré au cimetière de Karrakatta, WA, et sa pierre tombale dit "Pasteur, Prospecteur, Bushman, Explorateur".... une épitaphe adéquate

Les expéditions de Frank Hann :